Fermer le menu
Génie civil
Chantiers remarquables
Actualités

You are here

  1. Accueil
  2. Génie civil
  3. Ponts-routes

Ponts-routes

Les solutions asphaltes

Dès les années 50, des solutions en asphalte bicouche se sont imposées pour la réalisation des étanchéités d’ouvrages d’art. Ce procédé, appelé système asphalte 8/22, en semi-indépendance et coulé en place, consiste en la mise en ?uvre d’une première couche de 8 mm d’épaisseur de mastic d’asphalte et d’une seconde couche de protection de 22 mm d’épaisseur en asphalte gravillonné, la semi-indépendance étant assurée par une couche de kraft macro perforé ou un écran en fibres de verre.

Progressivement, des solutions sont apparues pour permettre d’obtenir l’adhérence de l’étanchéité sur le tablier ; le procédé B3A dans les années 60 a connu alors un grand développement jusqu’à la fin des années 90 où il a été abandonné au profit des membranes en bitume polymère.

Ce procédé consistait en une membrane armée d’un voile de verre en bitume oxydé protégé en surface par une feuille d’aluminium gaufrée dont le rôle était d’empêcher les remontées du liant de la feuille dans l’asphalte.

L’utilisation des bitumes polymères et l’amélioration continue des matériaux ont permis dans les années 80 de se dispenser de la protection aluminium et de proposer aux entreprises d’étanchéité des systèmes de mise en ?uvre plus simple. Le replacement de l’armature en voile de verre par des armatures en polyester ont permis également de disposer de matériaux capables de répondre à toutes les exigences du fascicule 67 titre 1.

Les systèmes asphalte, associés à une membrane d’étanchéité en bitume polymère, répondent très bien aux exigences des chantiers :

  • la protection asphalte autorise les circulations de chantier ;
  • elle permet un entretien aisé de la couche de roulement, sans que le rabotage de l’enrobé ne puisse venir blesser la membrane.
Cette solution offre une durabilité exceptionnelle adaptée aux exigences des maîtres d’?uvre.