Fermer le menu

You are here

  1. Accueil
  2. Société
  3. Etanchéité solaire pour le FRAC de Marseille

Etanchéité solaire pour le FRAC de Marseille

Un dispositif spécifique d’ossature reposant sur le procédé T-Fix de BMI-Siplast a été mis en œuvre sur ce bâtiment emblématique de la Cité Phocéenne. Découvrez pourquoi et comment.

Solution photovoltaïque en 5ème façade du FRAC de Marseille

 

Le nouveau FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur (Fond Régional d’Art Contemporain) a ouvert ses portes dans l’hyper centre de Marseille début 2013. Imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma, la construction se compose de 2 éléments distincts reliés par un système de passerelles : le corps principal côté sud et la tour, conçue comme une proue, côté nord. Composée de plateaux superposés sur une base de 1300 m² au sol, c’est une interprétation architecturale du « Musée sans murs » de Malraux : un musée ouvert sur la ville qui communique avec son environnement par ses façades en verre et son cœur d’îlot.

 

Le challenge

 

Les règles d’urbanisme et la géométrie particulière du terrain (qui regroupe 3 parcelles) ont été décisives du point de vue architectural. Pour remplir le cahier des charges, la toiture a d’emblée été considérée, non comme une toiture, mais comme un prolongement de la façade. Le défi majeur était donc d’assurer une continuité de l’enveloppe, sauf côté rue, et donc d’utiliser un même parement. La façade double peau se compose de 1500 éléments de verre non teinté, en variations de blanc, d’opacité différentes et mis en œuvre à une distance variable de la façade étanche. Cette organisation crée une façade animée dont les éléments réagissent aux variations climatiques. L’ensemble offre légèreté, transparence et ouverture à l’enveloppe d’allure élancée et pixellisée, changeante et vivante… Quelle solution utiliser pour assurer la continuité façade-toiture recherchée pour ce bâtiment HQE ? Autre défi de taille : Marseille avait été désignée en 2008 « Capitale européenne de la culture » pour 2013. Un événement majeur, regroupant plus de 900 manifestations artistiques et culturelles. Il était donc impératif de livrer ce chantier dans les temps pour que le FRAC de Marseille soit au rendez-vous de cet unique pour le rayonnement de la ville.

 

La solution

 

Six mois de recherche et de tests sur prototypes ont permis de mettre au point la solution parfaitement adaptée avec l’entreprise SNA. C’est un dispositif spécifique d’ossature reposant sur le procédé T-Fix de BMI Siplast qui a été mis en œuvre. Cette solution technique répond en effet à une double nécessité :

  • avoir une ossature qui supporte le parement en fibres-ciment
  • intégrer cette ossature à l’étanchéité sans en altérer la fiabilité, donc sans la percer ni exercer de trop fortes pressions dessus. Le procédé T-Fix avait déjà fait ses preuves en toitures-terrasses photovoltaïques et son Enquête de Techniques Nouvelles a été déterminante pour la validation du bureau de contrôle. Concernant l’étanchéité à proprement parler, un complexe classique bicouche a été mis en œuvre par fixation mécanique sur le support béton. Les profils en polyester renforcé par fibres de verre, ont été liaisonnés au support à travers la membrane d’étanchéité. Les lés de la seconde couche bitumineuse recouvrent la partie plane du rail, sur lequel sont fixés les supports des parements (entretoises) qui sont disposés de façon aléatoire… mais selon un calepinage bien précis. Le bâtiment accueille également des toitures-terrasses plus traditionnelles : 3 terrasses en bois et une toiture-terrasse végétalisée non accessible.

 

Le résultat

 

Avec un planning plus serré que prévu, du fait d’aléas divers, le chantier, sera néanmoins livré dans les temps pour faire honneur à la « Capitale Européenne de la culture 2013 ». Le corps principal accueille sur 5 niveaux différents, un hall d’accueil, 2 espaces d’expositions temporaires, un espace collection, un centre de documentation et 2 résidences d’artistes. La proue quant à elle dispose d’un café-restaurant en rez-de chaussée et d’espaces d’expérimentation aux niveaux 6 et 7. Des espaces dédiés à la transversalité artistique, aux projets de jeunes créateurs, aux expériences techniques et initiatiques, qui privilégient l’ouverture du regard et de l’esprit. Véritable musée vivant, ce bâtiment emblématique de la Cité phocéenne joue un rôle de trait d’union esthétique et symbolique entre un front de mer acquis aux banques et aux administrations et un quartier populaire d’immeubles d’habitations.

Illustrations (cliquez pour agrandir)