Fermer le menu
Entreprises d'étanchéité
Téléchargement express
  • Téléchargement express
  • Dossiers thématiques
  • Dossiers thématiques
  • Actualités
    m

    You are here

    1. Accueil
    2. Entreprises d'étanchéité
    3. Gestion des eaux pluviales et rétention d'eau en toiture

    Gestion des eaux pluviales et rétention d'eau en toiture

    Pour lutter contre les inondations, premier risque naturel en France, la rétention d'eau en toiture est une alternative aux bassins de rétention, particulièrement indiquée en milieu urbain.

    Rétention des eaux pluviales en toiture, un grand défi du XXIème siècle

    La gestion des eaux pluviales, un enjeu environnemental majeur

     

    Les inondations sont le premier risque naturel en France, du fait de l'importance des dommages provoqués et du nombre de communes touchées. Elles sont en forte hausse depuis 50 ans car la densification des villes concentre bien souvent les eaux de pluie vers un réseau d'assainissement devenu insuffisant en cas d'orage important. Conséquence d'un réchauffement climatique déjà à l’œuvre, la récurrence de pluies diluviennes n'épargne plus aucune zone géographique de l'hexagone. Pour les élus locaux, la gestion des eaux pluviales est désormais l'un des aspects essentiels à maîtriser pour la planification et l'aménagement de leur territoire.

     

    Le cadre réglementaire de la lutte contre les inondations

     

    En application de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques n°2006-1772 du 30 décembre 2006 qui transpose en droit français la Directive Européenne sur l'eau adoptée en 2000 (DCE) :

    • les dispositifs permettant une bonne régulation des eaux pluviales font désormais partie intégrante des programmes d'aménagement en milieu rural (création de bassins de rétention dans les zones constructibles sensibles) et dans les projets de construction urbains.
    • un nombre croissant de collectivités a opté pour une politique de gestion des eaux pluviales par retenue à la parcelle afin de lutter contre le risque inondation.
    • un débit de fuite maximal autorisé est imposé pour toutes les eaux de pluie provenant de la parcelle et ce, pour des orages de retour 10 ans ou 30 ans.
    • ce débit de fuite maximale (jusqu'à 2 litres par seconde/hectare selon les départements) figure dans la réglementation locale applicable aux constructions, voire aux réhabilitations.

    Un enjeu économique aussi !

     

    • En milieu rural, l'aménagement d'un bassin de rétention extérieur reste une solution attractive en termes de budget.
    • Mais en milieu urbain, l'utilisation de cette solution traditionnelle est une contre-performance économique :

    Elle n'atteint aucun objectif de l'engagement de performance économique du Bâtiment durable HQE!
    Car à l'installation coûteuse des équipements (pompe, installation électrique, canalisation supplémentaire, etc.) s'ajoute la perte de revenus du foncier immobilisé par les cuves de rétention et sa dévalorisation in fine, sans compter les frais induits par l’entretien des dispositifs de relevage.
    Lutter efficacement contre le risque inondation impliquait donc en milieu urbain, de brider le potentiel esthétique et les destinations possibles des toits-terrasses.
    Chez BMI nous innovons sans cesse pour répondre à vos attentes et repousser toujours plus loin les limites de ce qu'un toit peut faire pour vous.
    Pour vous apporter la solution adaptée à la gestion des eaux pluviales en toiture, notre marque Siplast a développé le système Wateroof.
    Wateroof permet la rétention temporaire des eaux de ruissellement en toitures : une innovation majeure ! Adaptée de surcroît à tous les types de terrasses (accessibles piétons, végétalisées, sous protections meubles , etc.).

     

     

     

    Documents à télécharger